Une interview parue sur Khimaira

Publié le par le joueur

Khimaira rencontre Guillaume Besançon, le fondateur de Jeux de Rôle Magazine qui fête son numéro 17.

 

Khimaira : Bonjour et merci d’accorder un peu de temps à nos fidèles lecteurs. Pourriez-vous nous parler un peu de vous ?

Guillaume Besançon : Bonjour ! Et bonjour à toi, internautateur ou -tatrice qui tombe sur cette interview. Je suis un joueur passionné de jeux de plateaux, de jeux de rôle sur table et grandeur nature. Il y a 4 ans, lors d’une période de chômage, j’ai soumis l’idée sur les forums de relancer un magazine sur les jeux de rôle après la disparition de Casus Belli 2ème époque.

 

K. : Vous êtes donc à la source même de Jeux de Rôle Magazine, quelques mots sur sa création ?

Guillaume Besançon : Ça a plutôt bien marché puisque nous en sommes au n°17 ! Au départ, je n’avais pas trop d’idées sur la façon de faire un magazine. J’ai tout appris sur le tas. Ça a été assez chaud et j’ai perdu pas mal de l’argent que j’avais prêté au magazine. Mais au bout de 4 numéros, on a trouvé un équilibre, on avait un public, on avait la foi, bref malgré le trou initial, on a continué.

 

K. : Comment gérez-vous l’aspect participatif ? Difficile d’avoir l’œil partout, non ? Les volontaires bénévoles sont-ils en quantité suffisante ? En cherchez-vous d’autres ? Qui peut postuler ? Parvenez-vous à rémunérer certains de vos collaborateurs ?

Guillaume Besançon : Nous avons testé pas mal de type de gouvernance dans l’association, avec divers organigrammes, des responsables de ci et de ça, de grosses discutions sur l’organisation de la chose... et ça marchait moyennement. Et la dernière organisation mise en place – je devrais dire la dernière non-organisation – s’est révélée être la bonne pour ce genre de publication. Jeu de Rôle magazine est une sorte d’anarchie où n’importe qui, même n’ayant jamais eu de contact avec le magazine, peut réaliser quelque chose pour lui. Mais il doit s’en occuper lui-même et jusqu’au bout, jusqu’à ce que ce soit d’excellente qualité. Il n’y a aucun chemin de fer prévisionnel, rarement des commandes précises d’article. Chacun ne fait que ce qui lui plaît, et si quelqu’un viens nous voire en nous disant « vous devriez faire ça », on lui répond « fais-le ». En gros, il n’y a plus de responsable de quoi que ce soit, mais que des gens qui « font ». Le tout fonctionne un peu comme une ruche, où chaque abeille réalise quelque chose dans son coin mais au final l’ensemble est cohérent. Bien sûr, on cherche toujours de nouvelles ouvrières, d’autant que les nouvelles têtes viennent souvent avec de nouvelles idées. Côté rémunération, il y a un très petit nombre de personnes qui pensent que puisque le magazine jouit d’une impression de qualité et que nous sommes distribués en kiosques, alors il est forcément globalement bénéficiaire et nous devons les payer grassement. Nous ne le regrettons pas : ce sont les mêmes personnes qui nous envoient fièrement des articles illisibles ou des dessins qui piquent les yeux. Personne n’est rémunéré - moi non plus - à part le maquettiste qui nous fait quand même un prix sympathique.

 

K. : Après des débuts difficiles, surtout financiers, le magazine semble glisser sur des rails. Un travail de hautes luttes ou un long fleuve tranquille ? Qu’est-ce qui a été le plus difficile ?

Guillaume Besançon : Le magazine prend énormément de temps à ceux qui s’y investissent, moi en premier. Je ne sais jamais comment le prochain numéro va être fait, mais à chaque fois un miracle intervient, si bien que j’en ai presque pris l’habitude. Au n°16, par exemple, ce sont 2 kits de démarrage qui sont nous ont été présentés ! Pour les numéros 17 et 18, je n’avais pas la moindre idée de ce que j’allais mettre dedans, et c’est un certain Thomas John qui est venu me proposer de s’occuper de numéros spéciaux sur la littérature fantasy, rêve que j’avais depuis le début du magazine ! Même chose pour les couvertures, je ne sais jamais quoi mettre et puis un dessinateur d’exception me propose soudainement un dessin magnifique. Chaque numéro est une lutte et un miracle à la fois, et le plaisir de tenir le nouveau JdR Mag dans les mains est toujours renouvelé. C’est pour ça qu’on continue !

 

K. : Comment est définie la ligne éditoriale du magazine ? N’est-il pas un peu malaisé d’orienter les idées divergentes de personnes venant d’horizons différents ?

Guillaume Besançon : C’est simple, il n’y a pas de ligne éditoriale. On peut lire une opinion dans un article et son contraire trois pages plus loin. Il y a des choses aussi avec lesquelles je ne suis absolument pas d’accord !

 

K. : Votre magazine semble fait par et pour les « vieux routards » du jeu de rôle. Vous passez donc à côté des curieux qui ne connaissent pas ce type de jeu. Une volonté avérée ou un choix dicté par les articles écrits par vos rédacteurs ?

Guillaume Besançon : Forcements, nos rédacteurs sont de vieux routards, et ils sont souvent même plus férus de jeu de rôle que moi ! On ne s’adresse pas aux débutants car quelqu’un qui ne connaît pas les jeux de rôle ne commencera pas par acheter un magazine sur les jeux de rôle. Nous avons fait un numéro militant, le n°3, spécial découverte, contrairement à l’avis de notre lectorat naissant de l’époque sur les forum. Les ventes ont été une catastrophe mais ensuite nous avons distribué tous les invendus gratuitement sur des salons pour faire découvrir le jeu de rôle ! Il doit m’en rester 5000 dans ma cave !

 

K. : Comment vous placez-vous par rapport à vos concurrents sur le marché ? Avez-vous des retours de lecteurs qui vous permettent d’entrevoir l’avenir ?

Guillaume Besançon : Nous n’avons pas vraiment de concurrents. Tous les autres magazines qui ont apparu et souvent disparu depuis le début de l’aventure avaient des positionnements très différents. Et puis ce ne sont pas des concurrents : à chaque fois qu’un nouveau magazine sur les jdr sort son n°1, nos ventes augmentent. En fait, les magazines de jdr aident à se vendre les uns les autres en augmentant le linéaire destiné au jeu de rôle dans les kiosques.

 

K. : À ce propos, quel est votre futur ? De nouveaux projets ? Pouvez-vous lever un peu le voile ?

Guillaume Besançon : Jdr Mag sort deux numéros spéciaux dédiés à la littérature fantasy, l’un est depuis peu dans les kiosques, l’autre le sera en mars. Il s’agit de numéros à double couverture que l’on peut lire d’un côté ou bien de l’autre, avec une partie consacrée au jeu de rôle (avec notamment un scénario pour Manga non Densetsu, le jeu de rôle Manga dans celui de maintenant) et l’autre à la littérature fantasy.

La partie fantasy comprend des interviews exclusifs d’acteurs du domaine, parfois sur des thèmes communs, ainsi que des articles de fonds et une nouvelle. Au sommaire du numéro 17, on retrouve côté fantasy des interventions exclusives de G.R.R. Martin, Robin Hobb, Stéphane Marsan, John Howe, Jean-Philippe Jaworski, Pierre Pevel, Charlotte Bousquet, Mathieu Gaborit…

On a aussi dans les tuyaux un spécial artbook pour lequel on recherche des illustrateurs, un dossier Steampunk, un spécial jeu de rôle Old School, un numéro sur UnDéSix qui est notre moteur de jdr maison et bien sûr pour après la fin du monde un spécial post-apo.

 

K. : Si l’on en croit le succès de votre magazine, le jeu de rôle n’est pas mort au niveau associatif alors qu’il l’est pratiquement d’un point de vue commercial. Que pensez-vous de ce contraste ?

Guillaume Besançon : Pour les joueurs, est-ce que ça change grand-chose ? Le côté un peu gratuit du jdr, le côté « je peux jouer 10 ans avec un investissement initial de 35 euros », c’est bien aussi. Ceci dit, les éditeurs sont importants parce qu’ils animent le milieu et promeuvent le jeu de rôle. Beaucoup d’éditeurs sont aujourd’hui quasi bénévoles et font tout ça plus par passion que par appât du gain.

 

K. : Avec Jean-François Marchal, vous avez également fondé le label d’édition Le Joueur. Pourriez-vous en dire plus pour nos lecteurs ?

Guillaume Besançon : Jean-François a lancé le label avec moi en co-créant le jeu Déluges mais maintenant, il ne s’y implique plus, sauf quelques parties tests de temps en temps. La Joueur a été créé pour distinguer les activités d’édition de jeu de société de Jeu de Rôle magazine.

 

K. : Comment est né ce concept ? Comment se porte-t-il ?

Guillaume Besançon : Tout simplement, au départ, je voulais un label pour m’auro-éditer, pensant que ce serait plus simple que de convaincre un éditeur. C’était complètement faux, le travail de l’éditeur étant souvent plus important que celui d’auteur. De plus, l’éditeur est très important pour renvoyer en miroir à l’auteur un autre point de vue sur son jeu. Mais bref, j’avais fait le travail d’apprendre à la dure comment éditer un jeu, je me suis dit que je pouvais en faire profiter d’autres jeunes auteurs qui n’avaient pas encore, comme moi, la confiance de gros éditeurs. Mon souhait, ce serait que le label fonctionne vraiment de façon associative et coopérative, c’est-à-dire que les auteurs s’impliquent aussi dans l’édition, la promotion… On est ouvert à tout, on a même publié un CD de musique, le CD du chanteur Joffré, qui fait des chansons parodiques sur World of Warcraft.

 

K. : L'association Promenons-nous dans les bois existe-t-elle toujours quelque part, cachée en dessous de toutes vos réalisations ? Pourriez-vous nous en parler un peu.

Guillaume Besançon : Au départ, c’est une association de jeu de rôle grandeur nature que j’avais fondée pour organiser des GNs médiéval fantastiques à la campagne. Elle chapeaute maintenant Jeu de Rôle Magazine et Le Joueur.

 

K. : Y aurait-il une question que l’on ne vous a jamais posée mais à laquelle vous brûlez de répondre ?

Guillaume Besançon : Qu’est-ce que j’ai mangé au petit déjeuner ? Une cannette de coca et un croissant !

 

K. : Le mot de la fin ?

Guillaume Besançon : Arrêtez de glandez sur internet. Appelez quelques copains et faites-vous un jeu !

 

K. : Merci encore pour cette entrevue et bonne continuation pour vos projets.

Guillaume Besançon :

 

Commenter cet article