Pour la défense du Centre National du Jeu

Publié le par le joueur

Bonjour,
Vous êtes peut-être déjà au courant de la situation dans laquelle nous nous trouvons.
Sinon en voici un résumé.
Le Centre national du Jeu devait intégrer à la rentrée 2011 des locaux de 1400 m² utiles dans un bâtiment neuf du Trapèze Renault, à Boulogne-Billancourt, auxquels devaient s’ajouter 500 m² de réserves externes. Cette surface nous est indispensable pour regrouper en un même lieu les activités traditionnelles de la Ludothèque et développer le pôle du Conservatoire du Jeu. Ce pôle devait mettre à la disposition des professionnels du monde entier sa collection de 12000 jeux (entre 1840 et aujourd'hui) et son centre de ressources sur la culture ludique, tout en proposant au grand public des salles de jeu permanentes et des parcours thématiques dans le monde du jeu de société, par le biais d’expositions, d’animations et de conférences. Il est en effet indispensable de faire vivre ce patrimoine pour préserver son sens et son essence.
Elu maire en mars 2008, Monsieur Pierre-Christophe Baguet nous a assurés de son soutien, tout en posant deux conditions à la poursuite du projet : d’une part, nous devions l’articuler à une réflexion sur le jeu vidéo, d’autre part, nous ne devions pas escompter d’augmentation significative de la subvention que nous verse la Ville de Boulogne- Billancourt.
Nous avons tenu ces deux engagements.
Moyennant quoi, nous avons poursuivi notre travail, mettant la dernière main au programme de la première saison (2011-2012), jusqu’à ces dernières semaines.
Nous avons alors appris que le projet était remis en question par la municipalité. Ce revirement a été explicité lors du conseil municipal du 10 juin dernier. En réponse à une question orale sur le sujet, le maire-adjoint à la Culture de Boulogne-Billancourt a confirmé que le projet était modifié. La moitié de la surface que devait occuper notre Centre devrait être réaffectée à une médiathèque de quartier.
La dimension patrimoniale et culturelle de notre démarche n’a pas été retenue, le jeu tel que nous le concevons ayant été associé, dans la réponse du maire-adjoint à la Culture, aux paris en ligne et à la généralisation des jeux vidéo.
 
Pour justifier cette décision, le maire-adjoint à la Culture a invoqué le caractère dispendieux du Centre national du Jeu. Les activités du Centre occasionneraient d’après lui pour la Ville de Boulogne-Billancourt un surcoût de fonctionnement annuel de 273.000 euros.
Nous nous devons de souligner l’erreur d’interprétation qui a conduit le maire-adjoint à la Culture, et le maire à sa suite, à avancer ce surcoût de fonctionnement astronomique pour la Ville. Ces 273.000 euros correspondent en réalité aux ressources extra-municipales de notre plan de financement.
L'association s'étant déjà engagée auprès de la ville à ne pas demander d'augmentation de sa subvention, j'aurais été heureux de dissiper ce malentendu auprès du maire, mais jamais les services de la Ville ne nous en ont fait part avant cette séance du conseil municipal.
 
Suite à cette information, un éditeur vivant à Boulogne-Billancourt, fait circuler sur Internet une pétition pour la défense du projet du CNJ.
http://www.mesopinions.com/Petition-contre-l-abandon-du-Centre-National-du-Jeu-a-Boulogne-Billancourt-petition-petitions-a8cf553331a1c188e5af982a06e9bdb1.html
 
Nous refusons de baisser les bras et ne désespérons pas d’inciter le maire à revenir sur sa décision. Dans cette perspective,  nous vous demandons de bien vouloir faire circuler l'adresse de cette pétition le plus largement possible autour de vous.
 
Une précision qui peut avoir son importance sur la décision de signer ou non cette pétition : seuls les prénoms, ville, pays et commentaires de cette pétition seront communiqués, les autres informations resteront connues du seul rédacteur de cette pétition.

 

Gaëtan Bésieux
Responsable du Concours de créateurs
www.centrenationaldujeu.com

Commenter cet article