Kandorya : Nous y étions…

Publié le par le joueur

Du 14 au 17 juillet, la plaine du château de Serrant a accueilli la première édition de Kandorya.

Plus de 1000 joueurs s’y sont retrouvés pendant ces 4 jours, pour construire ensemble une histoire faite de combats glorieux et de lâches trahisons. Retour sur ce GN hors norme.

 

L’histoire

 

L’île de Kandorya a été récemment découverte par les navires de la guilde des marchands. Une première ville rudimentaire, Edenorya, a été construite pour abriter les premiers colons, qui furent très vite suivis par des représentants de nombreux peuples et races, attirés par les promesses d’aventures et d’argent.

Mais dès les premiers jours, les pièces d’or et d’argent se sont volatilisées comme par magie, ne laissant que quelques cendres à leur place. De quoi exacerber les tensions préexistantes, sans compter l’agressivité du peuple Mulkesh, bien décidé à revendiquer pour lui seul les terres récemment découvertes. De quoi commencer le GN sur les chapeaux de roues…

 

Le jeu

 

Les joueurs étaient donc divisés en plusieurs factions : la ville, issue des premiers arrivants de la guilde des marchands, les mercenaires et les pirates (est-il besoins de les décrire ?), et les Vents, regroupant par origine géographique les nouveaux arrivants. Chacune de ces factions était libre de négocier des alliances et de définir ses propres objectifs, mais elles eurent souvent à régler au préalable des dissensions en leur sein.

Dans le même temps, les anciens habitants de l’île semblaient réapparaitre, et une étrange table de pierre ornée de signes cabalistiques fut découverte. Quand des tablettes la scellant furent volées, des rumeurs de libération de divinités malveillantes et de fin du monde commencèrent à se répandre.

Toujours dans le même temps, les joueurs explorèrent d’anciennes grottes, résolurent des énigmes complexes et affrontèrent des monstres de cauchemar. Circuler de nuit sur la lande devint risqué, entre les étranges créatures qui y furent aperçues et les brigands qui vous détroussaient au coin du bois.

Plusieurs grandes batailles eurent également lieu, résultants souvent de négociations ratées. Par grande, j’entends plus de 300 joueurs s’affrontant joyeusement sur la plaine. Certains clans ayant visiblement travaillé au préalable le combat en formation, le spectacle valait le coup d’œil, et chaque affrontement attira son lot de spectateurs, à distance prudente toutefois.

Cette année, nous avons conjuré les différentes menaces qui pesaient sur Kandorya, mais ce n’est que temporaire. Les oracles prédisent que l’an prochain, à la même période, les choses se gâteront de nouveau. Serez-vous au rendez-vous ?

 

La logistique

 

Un GN d’une telle ampleur nécessite une organisation et une logistique complexes. Ainsi, plusieurs décors furent construits, dont une fortification complète qui entourait la ville (avec un pont-levis qui fonctionnait). Le peuple Mulkesh avait également érigé un fortin impressionnant pour s’abriter entre deux séances de négociation et/ou raid.

Du côté sanitaire, des blocs de toilettes et de douches avaient été installés en différents points du terrain. Il serait bon pour l’année prochaine de repenser leur implantation, principalement pour les douches qui étaient toutes implantées en un seul lieu. Cela, combiné au fait que la moitié des présents voulaient se doucher à la même heure, a occasionné une file d’attente conséquente vers 10 heure du matin. Mais à 6 heures, ou encore à 21 heures, il n’y avait pas la moindre attente et toute l’eau chaude désirée.

L’équipe d’organisation était par contre en nombre très réduit, et cela s’est fait sentir dans le cours du jeu. Il s’est parfois avéré extrêmement compliqué de trouver un orga pour valider certaines actions. Néanmoins, l’équipe s’est démenée pour gérer au mieux l’ensemble des opérations. Espérons simplement qu’ils seront plus nombreux l’année prochaine !

 

Le guet

 

La fine équipe de votre magazine favori a assuré sur place le rôle du guet municipal d’Edenorya. Sous l’égide du capitaine Samuel (votre serviteur, tant que vous ne violez pas la loi !), nous nous sommes escrimés à maintenir l’ordre en ville, pourchassant les voleurs, arrêtant les criminels en fuite, et luttions contre la milice, dont les membres ont su faire preuve d’un esprit et d’une inventivité sans limites dans la corruption et la brutalité policières. Merci à vous, vous nous avez permis de magnifiques moments de conflits ouverts entre les forces de l’ordre.

Nous avons également eu à gérer plusieurs affrontements entre groupes, ainsi que des défilés de mort-vivants sur la grande rue.

Comme vous pouvez l’imaginer, nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer. Nous avons passé un week-end agité mais passionnant !

Pour notre part, nous retournerons l’année prochaine à Kandorya. Nous avons toute confiance en l’organisation pour corriger les défauts de cette première édition et nous offrir une deuxième séquence de qualité.

De notre côté, nous allons profiter de l’année à venir pour créer de nouveaux costumes, de nouveaux équipements, ainsi que des locaux pour le guet et d’autres projets encore secrets. Vous pourrez suivre notre progression sur le site du magazine que vous êtes en train de lire. En attendant…

 

À l’an prochain à Kandorya !

 

Publié dans GN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article