Que devient le Jeu de Rôle français ?

Publié le par Jeu de Rôle magazine

 Quel rôliste n’a pas un jour débattu de la santé ou de l’avenir du Jeu de Rôle dans l’Hexagone? Certains évoquent une « mauvaise passe » ou un « déclin », tandis que d’autres parlent de « renouveau » voire de « nouveau phénomène culturel mondial » et chacun de donner ses chiffres, aussi peu précis que contradictoires. Comment expliquer ce contraste, et qu’en est il réellement de l’avenir de notre loisir ? Voici un petit tour de France du jeu de simulation…

 

Nouvelles disciplines

 

 Premier élément, après une période de constante progression à l’échelle mondiale dans les années 80, le Jeu de Rôle subit de plein fouet à partir de1993 la déferlante Magic l’Assemblée, des MMORPG, qui, avec le renouveau des Wargames et le succès planétaire de Warhammer, eurent pour conséquence l’éclatement du petit cœur de cible du JDR et l’éparpillement d’une partie de ses adeptes dans ces nouvelles disciplines.

 

Une question de génération

 

 Notons aussi qu’aujourd’hui, deux catégories de rôlistes de se dégagent. D’un côté ceux qui furent les pionniers du genre, et qui portèrent le secteur entre 1980 et 1990. C’est la génération Gary Gygax, et qui se sent soudain le poids des années avec la mort de celui il y a deux ans. Ces pionniers jouent malheureusement de moins en moins, travail et famille obligent. De l’autre côté, la nouvelle génération, née au jeu dans les années 2000. Ils sont au cœur de la grande évolution du jeu de rôle amateur. Ils offrent un second souffle au JdR, notamment grâce à des formats de diffusion puissants et novateurs, mais difficile à recenser, tels que le PDF et autres web-fanzines, faisant découvrir à un grand public ébahi la richesse, la qualité et l’incroyable profusion du JDR amateur.

 

 Crise de l’édition et répartition des ventes

 

  Les aînés quant à eux, fer de lance du papier depuis vingt ans, se retirent un à un de l’aventure éditoriale et ne sont pas remplacés. Car il faut compter aussi avec le poids considérable des jeux déjà édités – environ 10 000 sur la planète - qui conduit à une dispersion des ventes sur un marché déjà restreint et pose le problème du suivi des gammes : combien de jeux en France dépassent les trois suppléments ? Seuls les blockbusters (AD&D, Vampire la Mascarade, L’Appel de Cthulhu, Star Wars…) s’en sortent, forts de concepts, d’univers ou d’ambiances uniques et inimitables, concentrant au passage la majeure partie de la clientèle. Mais la difficulté à faire vivre une petite maison d’édition est bien sûr un problème qui dépasse aujourd’hui de très loin le petit monde du JDR.

 

Us, coutumes et archétypes

 

 Plus intéressant encore, on constate que les habitudes de jeu ainsi que le profil des pratiquants  ont eux aussi ont beaucoup changé en quinze ans. Dans un contexte économique morose où les étudiants, préoccupés par leur avenir professionnel, consacrent de moins en moins de temps aux loisirs, les rôlistes sont de plus en plus jeunes et délaissent quelque peu les longues campagnes, très chronophages, pour privilégier un jeu occasionnel et rapide. Parallèlement, des publics nouveaux émergent. Ainsi, les 7-11 ans séduisent de plus en plus les éditeurs qui leur consacrent des jeux de rôles spécifiques, comme en témoignent les Contes Ensorcelés et le Magicien d’Oz, publiés par 7ème Cercle.

Une valeur sûre

 

Démocratisation, élargissement et accroissement de la population, évolution, intégration de nouvelles technologies, renouveau et expansion des univers fantastiques… Finalement, bien qu’il traverse une période de difficiles restructurations, inévitables pour n’importe quel phénomène ayant atteint une période d’apogée, le JDR n’a probablement encore jamais été aussi largement présent ni aussi vivant en France, n’en déplaisent à certains. Fort d’horizons prometteurs il s’annonce toujours comme une référence incontournable du jeu de société dans notre pays.  

 

Il n’y a pas de jeu de rôle, il n’y a que des rôlistes

 

Il ne fait aucun doute que la masse des anonymes qui joent entre potes depuis 20 ans cache certains des plus grands talents du JDR de demain. Là aussi, la balle est dans notre camp.

 

L’Hiver du JDR a couvé pour nous ses bourgeons, et c’est un nouveau monde qui s’ouvre à vous, rôlistes d’aujourd’hui. Tout est à faire! Inventez, rêvez, créez!  Construisez le JDR qui vous ressemble! Le JDR ne vit pas seulement de la sortie de suppléments dans les vitrines, le JDR vit aussi et surtout de vos parties, sur vos tables de jeu!

 

 

Publié dans Critiques jdr

Commenter cet article