Royaume Désuni

Publié le par Nicolas Barret

Royaume Désuni
Auteur : James Lovegrove
Editeur : Bragelonne
 
 
Dans un futur proche, l’Angleterre est plongée dans le chaos et l’anarchie suite aux erreurs politiques de son gouvernement : bombardée, exsangue, laissée aux mains de gangs plus ou moins violents, la vieille Albion est dorénavant isolée du reste du monde.
Mais, au sein du pays en ruine, quelques petites communautés tentent de préserver leur mode de vie et de reconstruire ce qu’elles ont perdu, en s’inspirant notamment d’anciennes légendes celtes et de mythes traditionnels.
Dans la banlieue rurale de Londres, le village de Downbourne fait partie de ces îlots de civilisation, où les habitants croient encore en un avenir meilleur. Parmi eux, un instituteur, Fen, vit une existence tranquille, même si le couple qu ‘il forme avec Moira, sa femme, se désagrège lentement mais sûrement.
Jusqu’au jour où un gang londonien, les Bulldogs, sorte de hooligans stupides mais ultra-violents, effectue un raid sur le hameau pour piller et y enlever les jeunes femmes.
Moira se trouvant parmi ces Sabines d’un nouveau genre, Fen, plus par honneur que par véritable amour, décide de parcourir à pied les quatre-vingts kilomètres qui le séparent de Londres afin d’y récupérer son épouse.
On suit alors d’un côté le long périple de l’instituteur à travers la campagne anglaise et les différents quartiers londoniens, ses rencontres étranges et la perte de ses illusions ; et de l’autre, la dure vie de Moira et des femmes emprisonnées dans le camp retranché des Bulldogs.
 
Ne vous attendez pas à trouver dans ce livre de discours politique, ni d’explication concrète des raisons qui ont conduit l’Angleterre à cette situation tragique, James Lovegrove a préféré s’intéresser aux hommes, à leur sentiments face à une situation désespérée ou à la destruction de leur couple. Ici, aucune satire du Royaume-Uni contemporain, mais plutôt une quête initiatique et une histoire d’amour originale.
Royaume Désuni n’a peut-être pas la force narrative et humoristique de Days, premier roman de Lovegrove et charge cynique contre les excès de la société de consommation, mais c’est un récit qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir et qui, on le sent, vient directement du cœur.
La preuve qu’une fois de plus Bragelonne, l’éditeur, sait aussi publier des textes exigeants, parmi des oeuvres beaucoup plus grand public. La preuve également que la littérature anglaise regorge toujours de très bons auteurs de science-fiction.

Publié dans Critiques jdr

Commenter cet article